Loading...

Loading...

Loading...

Faites votre choix entre Femme et Homme pour acheter

Choisissez un genre pour acheter

Bienvenue sur Farfetch connectez-vous ou créez en compte
 

 

Entretien avec Stella McCartney : la créatrice nous parle de développement durable, de soie d’araignée et de l’importance d’affirmer ses convictions

 

Rédaction :Ryan Thompson, Photographie : Camilla Armbrust, Stylisme : Sally Bottomley, Traduction : Julie Hontarrede.

 

La pièce

 

Depuis sa première collection en 1995, Stella McCartney, à contre-courant de la tendance générale, s’est toujours battue pour rendre l’industrie de la mode plus éthique et durable. Sans jamais baisser les bras, elle a affronté tous ceux qui pensaient qu’un tel modèle économique n’aurait aucune chance dans l’industrie du luxe. Grâce à son succès éclatant, elle se distingue désormais comme une pionnière, qui ouvre la voie aux jeunes créateurs qui partagent ses convictions. Nous l’avons rencontrée pour parler de la beauté des costumes, de soie d’araignée artificielle et de la sagesse que peuvent receler les carottes ...

 

pull, top et pantalon de jogging Stella McCartney.

 

“Quand j’ai commencé, les gens se sont plus ou moins moqués de moi. On m’a dit que je n’arriverai jamais à monter ma boîte, et cela venait de personnes avec lesquelles j’avais travaillé et que je considérait comme des exemples !”

 

Farfetch : Beaucoup ont dû penser que vous étiez folle quand vous avez décidé de vous lancer dans la mode durable. Est-ce que vous vous sentez enfin reconnue pour avoir eu le courage d’assumer vos convictions?
Stella McCartney: ‘C’est la manière dont j’ai été élevée. On m’a appris à avoir un profond respect pour tous les êtres vivants, et à avoir une approche consciente de la vie. C’était donc une évidence d’intégrer cette philosophie à la façon dont je me comporte dans le monde des affaires.’
Quelle était, à vos débuts, l’attitude de l’industrie face à la notion de durabilité ?
'Quand j’ai commencé, les gens se sont plus ou moins moqués de moi. On m’a dit que je n’arriverai jamais à monter ma boîte, et cela venait de personnes avec lesquelles j’avais travaillé et que je considérait comme des exemples ! Je trouve ça surprenant et encourageant que maintenant, quand je parle de ces choses, les gens soient plus intéressés. Ils veulent plus d’informations et veulent consommer de manière plus responsable.’

 

Sweat, chemise et de jogging Stella McCartney.

 

Les hommes ont-ils un train de retard quand il s’agit de faire des choix responsables concernant le développement durable ? ‘Je trouve qu’il y a un manque d’intérêt pour le développement durable dans la mode pour homme, il m’a donc paru nécessaire d’inclure cet aspect dans mes collections et d’introduire cette partie de notre identité dans cet univers. Nous avons par exemple créé une superbe paire de baskets fabriquée sans cuir, avec un matériau végétal respectueux de l’environnement, et pour le reste, nous avons utilisé du coton biologique, du viscose à moindre impact sur l’environnement, du nylon et du polyester recyclés, du Eco Alter Nappa (ndlr : alternative au cuir fabriquée à base de polyester, de polyuréthane et d’huile végétale) et du bois et du liège issus de plantations durables. Ce ne sont que quelques exemples parmi tous les matériaux éthiques que nous utilisons.’ Qu’est-ce qui vous frustre le plus dans l’approche de l’industrie de la mode quand il s’agit de développement durable ? ‘Je pense que beaucoup de créateur manquent d’informations, ou ne se rendent pas compte de l’impact que cela peut avoir. Malheureusement, beaucoup ne se sentent pas concernés, et d’autres aimeraient probablement se lancer dans la mode éthique mais ne savent pas par où commencer. J’ai envie de leur dire, c’est la source qui compte ! Il y a tellement d’alternatives durables ! Plus il y aura de gens qui y participeront, plus il y aura de demande, et donc de nouvelles alternatives. Si tout le monde mangeait des carottes biologiques, il n’y aurait que des carottes biologiques sur le marché. C’est comme ça que ça fonctionne.’

 

 

Doudoune, t-shirt, pantalon de jogging et chaussures Stella McCartney.

 

‘La mode est l’une des industries les plus nocives de la planète, et nous devons agir de façon responsable.’

 

Quel est la plus grosse difficulté que vous rencontrez, en terme de création, lorsque vous travaillez avec des matériaux durables ? ‘Nous veillons attentivement à garder en tête ce que nous devons faire en tant qu’entreprise pour continuer à nous améliorer, tout en prenant soin de ne pas nous imposer trop de contraintes, qui pourraient ruiner le processus de création. Notre entreprise reste orientée sur la conception, et notre priorité numéro une est la qualité de nos produits. Nous voulons prouver que la mode durable n’a rien de différent, qu’elle est tout aussi belle, luxueuse et passionnante que le reste de l’industrie.’

 

Pull et chemise Stella McCartney.

 

Quels progrès vous intéressent le plus ? ‘Nous avons récemment annoncé une collaboration avec Bold Threads (une start-up biotechnologique basée en Californie qui a réussi à produire une soie d’araignée totalement artificielle). C’est un projet qui me passionne, aussi bien d’un point de vue personnel que professionnel, car on établit enfin un lien entre la mode, le développement durable et l’innovation technologique. J’ai passé la plus grande partie de ma vie à me battre pour en arriver là, et il y a enfin une opportunité de rassembler toutes ces industries pour les faire travailler ensemble pour un monde meilleur. C’est une nouvelle approche moderne et consciente de la mode.’

 

Veste de smoking, t-shirt, chemise, pantalon et chaussures Stella McCartney.

 

Qu’est-ce qui représente le plus grand défi : créer des vêtements pour homme ou pour femme ? ‘Il faut vraiment que je sorte de ma zone de confort. Avec la mode pour homme, je m’amuse et je joue avec les défis d’un monde inconnu. Après l’école, j’ai étudié chez Savile Row, c’est pourquoi les costumes font partie de l’ADN de notre marque. J’ai tellement d’admiration pour le savoir-faire de Savile Row, je trouve que c’est presque de l’architecture. Nous sommes encore en train de définir le style de l’homme Stella McCartney, mais cette saison, nous voulons donner un petit coup de fouet à sa garde-robe en nous inspirant des classiques. Le costume est plus présent mais n’a pas pris toute la place. L’homme McCartney est sûr de lui et s’assume tel qu’il est, il a de l’audace et s’amuse sans remords, mais garde tout de même un côté plus doux et classique qui prend ses racines dans deux traditions britanniques, la musique et la confection de costumes.’

 

 

 

Parcourez la collection AH17