Loading...

Loading...

Loading...

Faites votre choix entre Femme et Homme pour acheter

Chargement de vos notifications....

Vous n'avez pas de nouvelles notifications.

Nous vous enverrons un message dès que nous avons quelque chose de nouveau pour vous.

Choisissez un genre pour acheter

Bienvenue sur Farfetch connectez-vous ou créez en compte
 

Rencontrez Milan Vukmirovic, l'homme qui faite revivre Ports 1961

 

Rédaction : Hollie Moat
Traduction : Olivia Payen
Photographie : Hasse Nielsen
Stylisme : Tony Cook

La sélection

 

Charlie porte une chemise, une ceinture et un short, tous Ports 1961.

La mode adore le nouveau et le novateur presque autant qu’elle aime les grands noms. À suivre cette définition, la marque mi-centenaire basée à Milan qui n’a pas encore été associée à un grand nom de la mode ne devrait pas faire de vagues. Mais au contraire, elle est au premier rang des marques menswear : l’une des marques les plus courues d’Italie.

Milan Vukmirovic peut se vanter d’être à la source de tout ça : ses collections pour la marque à moitié canadienne ont une esthétique ultra moderne et sportive tout en conservant une richesse historique et des influences culturelles. Une sensation Instagram et star du street style à lui tout seul, décrire Milan uniquement comme le créateur menswear de Ports 1961 ne serait pas juste. Il est aussi l’égérie de la marque, sa muse et un polymathe de la mode qui a également co-fondé la boutique parisienne légendaire Colette. C’est aussi un photographe de renom avec des campagnes pour Trussardi et Armani à son actif, l’ancien éditeur en chef du magazine culte L’officiel Homme, il est aujourd’hui à la tête de Fashion For Men.


Naturellement, entre tout ça et sa dernière collection pour Ports 1961, une interprétation moderne de l’amour, lorsque nous avons rencontré Milan, nous avions beaucoup de choses à discuter.

 

Commençons avec le PE17…

 

Milan Vukmirovic: “J’ai commencé cette collection dans la première partie de 2016, et c’était une année très difficile avec ce qu’il s’est passé à Paris, les attaques terroristes… Je suis français donc ça m’a beaucoup touché. J’ai toujours pensé que même si beaucoup de gens disent que ce ne sont que des vêtements, c’est un business et c’est aussi ma façon de dire ; “je n’aime pas la haine et je hais le terrorisme”. Toutes ces peurs étaient très présentes, mais la seule chose qui rapproche les gens est l’amour, dans tout ce que l’on fait, donc je voulais vraiment que ça ressorte dans le défilé. L’amour est un mot important et pour moi, il est d’autant plus important dans le monde dans lequel nous vivons.”

 

Il y a aussi une forte influence militaire dans cette collection, n’est-ce pas ?

“Oui, je suis souvent inspiré par des pièces militaires ; elles ont une histoire si riche et celle-ci peut dépendre du siècle, du pays et de choses comme ça. Cette saison, j’ai voulu retenir ces pièces masculines mais avec des touches plus douces et plus romantique et les fleurs et les fronces m’ont permis de faire ça. Ce n’est pas agressif, parce que je n’étais pas dans ce genre d’état d’esprit.”

 

Est-ce que ça a été un grand changement pour vous, sachant que vous êtes plus connu pour le sportswear ?

 

“J’adore le sportswear, mais je ne suis pas le genre de personne qui aime être sur un thème, une idée pour un défilé. Ce n’est pas comme ça que je m’habille. La mode pour moi est comme la musique, tout dépend de votre humeur : lorsque vous vous réveillez le matin, vous aurez peut être envie d’être sérieux de jour là, ou plus classique, ou plus sportif. Même si le défilé était romantique et militaire à la fois, nous avons inclu une collaboration avec Everlast, parce que nous ne voulons pas abandonner le sportswear. Je fais beaucoup de sport tous les jours, je porte beaucoup de sportswear donc pour moi, le mélange est très intéressant, c’est très adapté à ma façon de m’habiller.”

 

 

Rio porte une veste et un pantalon, tous les deux Ports 1961

 

Vous êtes connu pour être votre propre muse, cette collection est-elle une réflection de votre propre style ?

 

“Toujours. C’est très drôle parce que de temps en temps je fais des interview et les gens me demandent : “Quel genre d’homme voulez-vous habiller cette saison ?”, et la question me semble toujours bizarre parce que depuis le début, même quand je n’étais pas convaincu de rentrer en Europe pour travailler, ils m’ont convaincu en me disant : “Nous avons vu tout votre travail, et la façon dont vous vous habillez, et nous voulons que l’homme Ports vous ressemble, la façon dont vous aimez le menswear, la façon dont vous voyez la mode, et la façon dont vous portez certaines choses.” J’ai beaucoup aimé cela parce que c’est une approche très authentique. Certains designers créent des pièces qu’ils ne porterai jamais eux même parce que ce n’est pas pour eux, ou pour une autre image ou pour une autre muse. Mais pour moi, je dois dire que j’aime tellement la mode et les vêtements que quand je crée, quand je fais la collection, ce sont toujours des choses que je porterai. Je réfléchis à mon style parce que c’est ce que j’aime et c’est le point de départ de chaque collection.”

 

 

Depuis la gauche : Rio porte un pull et un short; Charlie porte une chemise et un pantalon; tous Ports 1961.

 

Pensez-vous que Ports 1961 est en mesure d’évoluer constamment et de rester sur le devant de la scène mode parce que votre style est en constante évolution ?

 

“Oui, vous avez complètement raison, la mode évolue plus rapidement que jamais, et les gens s’ennuient vite. Je pense que le principe de la mode est en train de changer, et avec les réseaux sociaux, et le fait qu’il y ait autant de collections, je dirais que la nouvelle tendance est de ne pas avoir de règles. Je pense que pendant des années la mode suivaient des règles, comme la nécessité d’avoir un look, un type de cheveux, un type de mannequin, un idéal. Mais cela ne s’applique plus au monde d’aujourd’hui, et je pense que si je suis encore ici aujourd’hui, c’est parce que j’évolue et change en permanence. Je regarde rarement en arrière, ou du moins je me dis qu’il faut toujours être prêt, parce que ce que vous haïssez aujourd’hui, vous aimerez peut être demain. C’est vraiment la devise de la mode, de toujours se surprendre et de rester ouvert. Ne dites jamais “Oh, c’était mieux avant” ou “Je n’aimerai jamais ça”, parce que ce n’est pas vrai.”

 

 

Ajoutez à cela la demande accrue pour de plus en plus de collections, et l’émergence de nouveaux marchés ; qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

“Honnêtement, je n’ai jamais vu quelque chose comme ça dans mes 25 ans dans le milieu de la mode, c’est très déroutant. Tout se mélange, tenues de soirée / sportswear, homme / femme, féminin / masculin, hiver / été. Les saisons changent. Tout change, et c’est très intéressant parce qu’il y a de moins en moins de barrières, et on dirait que tout est possible. C’est difficile pour un créatif, qu’est ce qu’il se passe pour le marché asiatique si je fais trop de vêtements chauds ? Il ne fait pas froid à cette période de l’année mais en Europe et à New York les températures sont basses. Maintenant il faut que chaque collection ait des pièces chaudes et des pièces légères, ce n’est plus comme avant. Je pense que l’ancien système avec 6 mois pour une collection arrive à sa fin, dans le future ce sera probablement des collections capsule tous les mois ou tous les 2 mois...

 

“Le principe de la mode est en train de changer… Je pense que si je suis ici c’est parce que je suis toujours en train d’évoluer et de changer. Je regarde rarement en arrière.”

 

Depuis la gauche : Charlie porte un sweat et un pantalon; Rio porte une chemise et un pantalon; tous Ports 1961.

 

Quand il s’agit de la mode, vous êtes un peu un homme de la renaissance…

 

“Très jeune je me suis rendu compte que je voulais être designer, et c’est mon poste principal. Mais la vie suit son propre court, et j’ai rencontré Colette Roussaux et elle m’a proposé de faire une boutique ensemble, puis j’ai rencontré l’équipe des Éditions Jalou qui m’ont dit “Nous aimerions relancé L’Officiel Homme.” Et quand j’étais au magazine, certaines personnes ont commencé à me dire “Nous adorons les photos que vous prenez en vacances, pourquoi ne pas essayer la photographie ?” Je dis toujours : n’ayez pas peur d’avoir des expériences différentes, surtout dans le milieu de la mode, parce que le plus vous en savez sur des aspects différents, le plus vous comprendrez l’industrie en général.” Toutes ces expériences m’aident à comprendre le milieu et la façon dont il évolue, donc je pense que cette idée de renaissance est ancrée dans le fait que je ne m’arrête jamais vraiment, je vais toujours de l’avant et essaie toujours de nouvelles choses.”

 

“N’achetez jamais une pièce qui prendra le pas sur votre personnalité. Ce qui vous rendra plus confiant, est de porter des choses qui semblent faciles et naturelles… Tout dépend de comment vous bougez et de comment vous mariez différentes pièces.”

 

Rio porte un top en maille (bientôt disponible), et un pantalon, tous les deux Ports 1961.

 

Donc avoir été un détaillant et un acheteur vous aide en tant que designer ?

 

“Oui, complètement, et en plus de ça j’ai mon propre magazine. Donc je sais que pour rendre un magazine intéressant il faut des pièces fortes que très peu de personnes finiront par acheter. Biensûr, le détaillant achète plus… (On le voit partout maintenant) beaucoup de denim, beaucoup de sweats, parce que c’est là qu’il y a de l’argent à faire. Mais en même temps, dès que vous décidez de faire un défilé il vous faut des pièces plus fortes, pour l’image de la marque, et si cette image est forte cela aidera le reste du business, même les aspects plus commerciaux.”

 

Charlie porte une chemise et un pantalon, tous les deux Ports 1961.

 

Quel votre conseil de style pour nos lecteurs ?

 

“N’achetez jamais une pièce qui prendra le pas sur votre personnalité. Dans la mode, nous avons eu une période où il était très important de porter un logo, d’avoir une marque plutôt qu’une autre. Mais je pense que vous devez à tous prix éviter les total looks, et trop de logos ou quoi que ce soit qui pourrait masquer votre personnalité. Le plus sexy pour moi, et ce qui vous rendra plus confiant, est de porter des choses qui semblent faciles et naturelles ; et vous devez également penser à votre corps, et comment vous vous sentez confortables dans des vêtements. Vous pouvez tout aussi bien être sexy dans un costume sur-mesure que dans un jogging, tout dépend de comment vous bougez et comment vous mariez différentes pièces. Je dirais aussi, n’achetez pas de pièces simplement parce que les marques sont tendance. Pensez à ce qui vous ira à vous.”

 

La sélection